Tutoriels

🎙Kalart Live #1 : NFTs, Entreprises & Associations

Le
26/4/2022
Tous les mercredis en live sur son Linkedin, Stanislas Mako, fondateur et CEO de Kalart, répond à vos questions sur l'intégration des NFTs dans votre business, que cela soit une association, une entreprise ou un autre organisme. Dans de nombreux domaines, et plus qu'on ne le pense, la technologie des NFTs peut s'avérer trÚs utile. 

‍

‍

Dans ce premier webinar, Stanislas Mako a donc répondu à plusieurs questions qui ont été posées par nos internautes sur ce sujet :
‍
#1 : "Faut-il forcément que la technologie des NFTs soit reliée aux cryptomonnaies ? Car cela peut faire peur à beaucoup de monde !"

Non justement, c’est la diffĂ©rence que l’on fait avec Kalart ! Nous avons mis en place un ensemble de briques techniques qui permet Ă  nos utilisateurs de vendre et d’acheter en euros ou dollars. C’était notre objectif premier chez Kalart : rendre la technologie des NFTs simple d’utilisation et accessible Ă  tous. Dans le service que nous proposons aux entreprises, nous nous occupons de toute la partie technique liĂ©e Ă  la blockchain afin de vous laissez libre champ de faire votre mĂ©tier et de vous occuper de vos clients. Chacun s’occupe de son domaine d’action, pour un rĂ©sultat efficace !

‍

#2 : "Comment intégrer le systÚme des NFTs au domaine caritatif ? Peux-on par exemple envisager une collaboration avec un artiste qui reverse les fonds de la vente d'une oeuvre en NFT à une association ?"

Oui tout Ă  fait, c’est d’ailleurs le mode d’exploitation pour l’instant le plus simple et rapide pour une association. Le domaine du caritatif est trĂšs facilement intĂ©grable Ă  la technologie des NFTs. Nous l’avons dĂ©jĂ  exploitĂ© chez Kalart en nous associant Ă  l’artiste Kamal Hill, qui souhaitait soutenir l’association RĂȘves. L’artiste a crĂ©Ă© un tableau pour le tennisman Nicolas Mahut dans le cadre du tournoi Open P2I Angers Arena Loire. Ensuite, une rĂ©plique unique dĂ©dicacĂ©e par le tennisman a Ă©tĂ© faite sur tablette et cette piĂšce a ensuite Ă©tĂ© vendue aux enchĂšres en dĂ©cembre 2021 sur Kalart, sous forme de NFT. L’intĂ©gralitĂ© des bĂ©nĂ©fices de la vente de cette Ɠuvre unique a Ă©tĂ© reversĂ©e Ă  l’Association RĂȘves afin de financer le rĂȘve des enfants malades. Nous avons Ă©galement l’exemple d’Isabelle Vougny, artiste peintre qui a souhaitĂ© vendre ses peintures en NFT sur Kalart au profit de l’association ASTERS.
Le systÚme des NFTs est donc trÚs intéressant au niveau des associations, et peut leur permettre de mettre en place facilement des campagnes de récolte de dons !

‍

#3 : "Dans le cas d'une association, si nous sommes bénéficiaire légataire de certains biens : oeuvre d'art, timbres, cartes postales etc..., peut-on imaginer la vente de ces articles physiques en NFT ?"

En thĂ©orie oui, cela est possible. Il faut cependant faire attention Ă  comment mettre cela en place, il faut que cela ait une pertinence et un impact rĂ©el. Par exemple, je ne sais pas si les philatĂ©listes (collectionneurs de timbres) pourraient ĂȘtre intĂ©ressĂ©s par la version dĂ©matĂ©rialisĂ©e de timbres en NFTs. Il faut se poser la question : quel est l’intĂ©rĂȘt derriĂšre le NFT ? Qu’est ce qui va faire qu’il y aura des acheteurs ?
Au niveau des oeuvres d’arts, on y trouve un intĂ©rĂȘt, car certaines oeuvres sont trĂšs spĂ©cifiques et sont parfois par leur format, matiĂšres etc ... pas toujours facile Ă  transporter et possĂ©der chez soi. Par exemple, des oeuvres d’artistes peuvent faire plusieurs mĂštres de longs, c’est donc difficile de l’acquĂ©rir. Ici, le NFT aura son importance puisqu’un acheteur pourra acheter la version numĂ©risĂ©e de l’oeuvre !

‍

#4 : "Nous sommes ayant droit de certaines oeuvres reproductibles type design de chaise ou droit de musique. J'imagine donc un systĂšme de redevance une fois qu'une Ɠuvre est consommĂ©e ou utilisĂ©e virtuellement dans le mĂ©tavers ? Un peu comme la musique dans le monde rĂ©el. Mais le lien entre mĂ©tavers et NFT n'est pas encore clair dans mon esprit"

Tout d’abord, le lien entre NFT et mĂ©tavers existe, mais il n’est pas obligatoire. Le mĂ©tavers est un univers virtuel, avec Ă  l’intĂ©rieur des objets virtuels. Il en existe plusieurs. Comment faire pour que ces metavers soient plus universels et et moins dĂ©pendant d’une sociĂ©tĂ© comme Facebook ? Il faut qu’il y ait une blockchain dĂ©centralisĂ©e, pour que tout le monde puisse avoir accĂšs aux informations. Et si on s’appuie sur des blockchains, on crĂ©e des NFTs !

On peut prendre l’exemple de Nike qui a crĂ©e une collection unique de baskets en NFT accessibles uniquement dans le MĂ©tavers.
Concernant le systĂšme de redevance en NFT, cela est plus compliquĂ© mais c’est possible ! En thĂ©orie, les NFTs, c’est du code. Et le code, on en fait ce qu’on en veut ! C’est une technologie qui est trĂšs modulable et personnalisable. Nous pourrions appliquer la technologie des NFTs dans le systĂšme de redevance avec un peu de dĂ©veloppement, mais pas tout de suite, je dirais Ă  moyen ou long terme, car il faudrait un mouvement de la part d’un Ă©co-systĂšme complet.

‍
Cependant, ce qui existe dĂ©jĂ  avec les NFTs, c’est le concept de droit de suite. C’est-Ă -dire que l’artiste qui vend une premiĂšre fois son oeuvre en NFT, continuera de toucher un pourcentage sur la revente de son oeuvre ensuite. Chez Kalart, l’artiste touche 10% du prix de vente de son oeuvre Ă  chaque fois que son ouvre est revendue. Cela est intĂ©ressant surtout pour les artistes dĂ©butants qui ne touchent pas forcĂ©ment une grosse somme d’argent Ă  la premiĂšre vente de leur oeuvre. Le concept de droit de suite leur permet de se rĂ©munĂ©rer ensuite sur les reventes de leurs oeuvres, surtout si celles-ci prennent de la valeur avec le temps !

‍

‍


‍

‍

Envie d'utiliser la technologie des NFTs dans votre activité ? Participez aux Lives de Stanislas Mako, fondateur de Kalart

Tous les mercredi Ă  11h sur Twitch, Linkedin & Instagram

‍


Articles similaires

Voir d'autres articles